Affaire Navalny : sanctions contre des responsables russes du renseignement

L’administration Biden a pris une série de sanctions à l’égard de responsables de service de renseignements russes. Cela fait suite aux éléments de preuves fournis par l’opposant russe Alexei Navalny et qui montrent la responsabilité de certains éléments des services secrets russes dans la tentative d’empoisonnement du dissident.

Retour sur l’annonce des sanctions

C’est le mardi 02 mars 2021 que les services de renseignement américains ont prononcé plusieurs sanctions à l’égard de hauts responsables de l’État Russe. Ses sanctions interviennent en réponse à la tentative d’empoisonnement de l’opposant Alexei Navalny. Les responsables des services de renseignements américains ont estimé que les agents de la FSB ont tenté d’assassiner à l’aide du poison Novitchok l’opposant russe Navalny.

C’était le 20 août 2020. Ces sanctions prises ont été prises en concertation avec l’Union européenne. L’administration Biden a indiqué qu’elles représentent un signal fort envoyé à la Russie. Elle appelle aussi à une libération immédiate de l’opposant russe. Ces sanctions sont les premières à être prises par l’administration Biden depuis son accession au pouvoir depuis le 20 janvier. Il faut noter que son prédécesseur Trump se montrait plus complaisant sur certaines dérives démocratiques de Moscou.

Quelle est la situation actuelle de Navalny ?

L’opposant russe a été admis dans une colonie pénitentiaire à 200 km à l’est de Moscou pour y purger la peine prononcée contre lui par la justice russe. Elle a requis contre Navalny une peine de deux ans et demi. Une condamnation jugée de politique par l’opposant est ses soutiens.

Depuis son retour en Russie en janvier dernier après 5 mois de convalescence en Allemagne à la suite de son empoisonnement, l’opposant à Poutine ne cesse d’être l’objet de maintes procédures de justice.
Son arrestation le 17 janvier avait soulevé de nombreuses manifestations au cours desquelles 11 000 manifestants ont été arrêtés par la police.

Visite du pape en Irak : une première dans l’histoire

Pour une première fois dans l’histoire, un Pape s’est rendu en Irak. Cette visite s’inscrit dans une démarche de paix et de rencontre des chrétiens de l’orient. Elle a commencé par la visite de la cathédrale Notre-Dame-du-Salut de Bagdad. Deux faits qui ont marqué le début de la visite du pape Le pape s’est montré peu soucieux de l’application des gestes barrières pour limiter la propagation de la pandémie du coronavirus. Il n’a pas pu s’empêcher de serrer les mains de certains fidèles. Parfois,... Voir plus